PARTEZ A LA DECOUVERTE DE LA LOUISIANE ET DES ACADIENS


LES 10 DRAPEAUX DE L'HISTOIRE DE LA LOUISIANE


ESPAGNE 
1541
FRANCE
1682
GRANDE-BRETAGNE
1763
ESPAGNE
1769
FRANCE
1801
ETATS-UNIS
1803
FLORIDE-OCCIDENTAL
1810
LOUISIANE
1861
ETATS-UNIS
1861
ETAT DE LOUISIANE
1912

QUATRE PERSONNAGES CELEBRES DE LOUISIANE.

- CAVELIER DE LA SALLE Robert (Rouen 1643 - Texas 1687)"

Robert Cavelier de la SalleORIGINAIRE de Rouen, il est d'abord novice de la Compagnie de Jésus et enseigne dans divers collèges. Il obtient un fief et s'embarque pour Montréal en 1667. Il se lance dans le commerce des peaux de bison et explore la région des lacs Ontario, Érié et Michigan. Parti des Grands Lacs pour une grande expédition vers le Sud avec seulement 23 hommes, il descend le Mississippi pendant l'hiver 1681-1682 et dépasse le point atteint en 1673 par l'explorateur Louis Joliet et le missionnaire jésuite Jacques Marquette (au niveau de l'actuelle Memphis). Cavelier de La Salle est en vue de la mer le 6 avril et prend solennellement possession le 9 avril 1682 de toute la vallée du Mississippi en érigeant une croix et une colonne aux armes de la France. Il la baptise Louisiane, la « terre de Louis », en l'honneur de Louis XIV.

- LE MOYNE DE BIENVILLE Jean-Baptiste (Montréal 1680 - Paris 1768);

- LE MOYNE D'IBERVILLE Pierre (Montréal 1661 - La Havane 1706).

 ILS SONT les fils de Charles Le Moyne, colon français originaire de Dieppe qui fut engagé par les Jésuites pour êtreLe Moyne d'Iberville interprète auprès des Hurons. Pierre, connu pour ses exploits militaires contre les Anglais, s'établit en 1698 à l'embouchure du Mississippi et devient le premier administrateur de la Louisiane. Son frère Jean-Baptiste fonde en 1718 La Nouvelle-Orléans pour le compte de la Compagnie d'Occident de Law. La ville est ainsi baptisée en l'honneur du régent de France Philippe d'Orléans. En 1721, la ville compte 372 habitants parmi lesquels 147 hommes, 65 femmes, 38 enfants, 28 serviteurs, 73 esclaves et 21 Indiens. En 1729 sont dessinés les plans du Vieux Carré, qui reste aujourd'hui le quartier le plus pittoresque et le plus animé de la ville.

- LAFITTE Jean (1780 Bordeaux - l825 Yucatan ? ou l854 Illinois? Selon les sources).

Jean LaffitePERSONNAGE quasi légendaire aussi célèbre auprès des Américains que peut l'être le marquis de La Fayette, son histoire reste mystérieuse. Corsaire qui se voulait gentleman, il pourchasse les navires espagnols et anglais à partir de la baie de Barataria, dans tout le golfe du Mexique. Sollicité par les Anglais qui lui offrent 30000 dollars et le grade de capitaine pour attaquer La Nouvelle-Orléans, il choisit le camp des Américains et participe à la victoire du général Jackson sur les Anglais à Chalmette en 1815, qui marque le rattachement définitif de la Louisiane aux Etats-Unis. Cet acte patriotique lui vaut d'être absous de ses actes de piratage par le président des États-Unis Madison. Selon les sources, il aurait reconstitué une communauté d'un millier de corsaires au Texas. En 1820, il quitte brusquement le territoire américain et part proposer ses services, entre deux pillages, aux indépendantistes mexicains contre l'Espagne, avant de terminer sa vie au Yucatan en 1825. Un autre historien retrouve ses traces en 1832 à Saint Louis (Missouri), où il aurait fabriqué de la poudre à canon avant de s'intéresser à la doctrine socialiste au point de partir pour l'Europe, en 1847, rencontrer Marx et Engels. Revenu aux États-Unis, il serait mort en Illinois en 1854.

LES GRANDES DATES.

1539- 1542. Le conquistador Hernando de Soto part de la Floride et explore le Mississippi jusqu'à son embouchure. Il y meurt de fièvre sans avoir trouvé les fabuleuses richesses qu'il espérait. Cette tentative est considérée comme un échec et dissuade l'Espagne de coloniser cette région.

1682. L'explorateur français Cavelier de La Salle descend tout le Mississippi jusqu'à son embouchure et prend solennellement possession de cette contrée le 9 avril. Il la baptise Louisiane en l'honneur du roi Louis XIV.

1762. Par le traité secret de Fontainebleau, Louis XV cède à l'Espagne les territoires de la Louisiane; situés à l'ouest du Mississippi .

1763. Par le traité de Paris, Louis XV cède aux Anglais tous les territoires de la Louisiane situés à l'est du Mississippi (excepté la Nouvelle-Orléans).

1800. L'Espagne rend à la France les territoires de la Louisiane situés à l'ouest du Mississippi.

1803. Bonaparte vend la Louisiane aux États-Unis pour 15 millions de dollars.

1812. La Louisiane devient officiellement le 18ème État des États-Unis. La première Constitution est publiée simultanément en français et en anglais.

1825. Adoption d'un Code civil rédigé en français qui est presque entièrement calqué sur le Code Napoléon et qui concrétise l'état de bilinguisme.

1864. En pleine guerre de Sécession, sous l'autorité des Nordistes, la nouvelle Constitution de la Louisiane fait de l'anglais la seule langue officielle pour les lois, documents, procès-verbaux et l'article 142 stipule pour la première fois que l'enseignement élémentaire doit se faire en anglais. Désormais, le français devra lutter pour survivre.

1921. La nouvelle Constitution confirme la disparition officielle du français. Elle n'y fait même plus allusion.

1968. Sous l'impulsion de J. Domengeaux, la Louisiane devient officiellement un État bilingue. Le Conseil pour le développement du français en Louisiane (CODOFIL), organisme semi-étatique, est créé.

LE GRAND DERANGEMENT (1755 - VERS 1785)

L'ACADIE, terre française du Canada depuis 1604, fut cédée à l'Angleterre au traité d'Utrecht en 1713. Refusant de prêter serment sous une forme pouvant les obliger à abandonner leur religion et à combattre la France, les Acadiens furent expulsés de leur terre à partir de juillet 1755. Dispersés dans les colonies anglaises de l'Amérique du Nord, en Angleterre et en France, les Acadiens y reçurent un accueil très mitigé. Ne sachant où se fixer, près de 4000 d'entre eux, après de longs périples, émigrèrent en Louisiane, où ils furent bien accueillis. Appelés aujourd'hui indifféremment Acadiens, Cadiens, Cadjins ou Cajuns, c'est grâce à eux que la Louisiane a conservé des traditions francophones.

Complainte devenue le chant de ralliement actuel des Acadiens.
 
 
« Réveille ! Réveille  ! 
C'est les Goddames * qui viennent 
brûler la récolte. 
Réveille ! Réveille !, 
hommes cadiens 
pour sauver le village. 
Mon grand, grand, grand, 
grand-père 
est venu de la Bretagne, 
le sang de ma famille a mouillé 
l'Acadie. 
 

Et là, les maudits viennent 
nous chasser comme des bêtes, 
détruire les saintes familles, 
nous jeter tous au vent. 
Réveille .! Réveille ..! 
J'ai entendu parler de monter 
avec Beausoleil 
pour prendre le fusil battre les 
sacrés maudits. 
J'ai entendu parler d'aller en la 
Louisiane 

pour trouver de la bonne terre 
là-bas dans la Louisiane. 
Réveille ! 
Réveille ! 
J'ai vu mon pauvre père, 
il était fait prisonnier 
pendant que ma mère, 
ma belle mère, elle braillait. 
J'ai vu ma belle maison, 
elle était mise aux flammes, 
et moi je suis resté orphelin, 
orphelin de l'Acadie. 

Réveille ! Réveille ! . 
C'est les Goddames qui viennent 
voler les enfants. 
Réveille ! Réveille! 
hommes cadiens 
pour sauver l'héritage, 
pour sauver l'héritage, 
pour sauver l'héritage. » 

*Goddame : ou godon, xve siècle. De l' anglais : Goddam, terme péjoratif appliqué aux Anglais. 
 


 
 
 

LA LOUISIANE 18ème ETAT DES ETATS- UNIS.

Les Etats-Unis et La Louisiane

LA LOUISIANE est ceinturée au nord et à l'est par les États d'Arkansas et du Mississippi, au sud par le golfe du Mexique et à l'ouest par l'immense Texas.

Superficie : 125 000 km2. Population : 4200 000 habitants.

- CLIMAT :
Semi-tropical, chaud et humide. La température moyenne annuelle est de 19°C (janvier 10°C - août 28°C). La pluie tombe en abondance, en août notamment. Le pays connaît quantité de cyclones et de tornades.

- AGRICULTURE :

L'État du pélican est un des plus grands producteurs nationaux de canne à sucre et de patates douces. Les cultures de riz, coton, maïs, pommes de terre, soja, noix de pacane y sont abondantes. La production forestière est également très importante.

- PRODUCTIONS MINÉRALES :

Gaz naturel, sel, soufre, carbone et sable se trouvent en tête de la production américaine, mais indiscutablement devancés par celle du pétrole.

- BATON ROUGE , la capitale de l'État:

À l'origine, un lieu indien décrit dès 1697 par Le Moyne d'Iberville comme « Le Baton Rouge », « un mât sans branches », rougi de têtes de poissons et d'ours attachés en sacrifice. Centre de raffinage du pétrole et industries chimiques.

- LA NOUVELLE-ORLÉANS, en anglais NEW ORLEANS :

Fondée en 1718 par LE MOYNE DE BIENVILLE. 1er port américain et grand centre chimique. Station touristique très fréquentée pour son architecture coloniale (Vieux Carré), le carnaval de mardi gras et le style de jazz New-Orleans. Louis Armstrong y est né et y a commencé sa carrière avec l'orchestre Hot Five.

LAFAYETTE :

Ville fondée à la fin du XVIII ème siècle par des Acadiens et ainsi baptisée en l'honneur du marquis de Lafayette pour sa participation à l'insurrection américaine ( 1777- 1782). Centre pétrochimique important.
 

LE MISSISSIPPI BOULEVARD DE L’AMERIQUE.

LES INDIENS l'appelaient Meschacebe, ce qui signifie « le Père des eaux », les Espagnols Rio de Flores ("la rivière des fleurs"), les Français enfin, le fleuve Colbert. Le Mississippi fut le chemin de l'exploration de l'Amérique, le boulevard de son commerce, la veine de son agriculture. Quel fleuve ! 3 780 km de long, 6 800 avec le Missouri, il draine 41010 des eaux des États-Unis et son débit peut passer de 20 000 m3/ seconde à plus de 90 000 m3/ seconde lors des périodes de crues. Sa pente est très faible et ses eaux mettent un mois pour parcourir les 1 500 derniers kilomètres qui le séparent de son gigantesque delta.

LES EMBLÈMES DE LA LOUISIANE.

LE MAGNOLIA :
Fleur fétiche depuis 1900 pour son abondance et sa beauté, le magnolia orne les allées, les parcs et les jardins.

La fleu de magnolia



LE PÉLICAN :
Emblème de la Louisiane, le pélican brun, grand consommateur de poissons, vivait autrefois à l'embouchure du Mississippi.

Le Pelican brun


LE CIPRE (CYPRÈS) :

Réserve naturelle depuis 1963, la Louisiane possède le plus grand nombre d'espèces d'arbres, dont la principale est le cipre. Le cipre vit les pieds dans l'eau, laissant pendre ses guirlandes de mousse espagnole.

Le Cyprès et la Mousse espagne

LES BAYOUS

LE BAYOU viendrait de l'indien choctaw « bayuk ». Il signifiait à l’origine petit cours d'eau, mais aujourd'hui on ne fait plus la distinction entre marais et rivière. Depuis, la Louisiane est devenue pour tout le monde « le pays des bayous ». Sur ses rives, on découvre une faune et une flore abondantes. Le plus souvent on y trouve le cocodrie (alligator), le chaoui (raton laveur), la barbue (poisson chat) et le ragondin; les Cadiens pêchent les écrevisses, les crabes...
La flore compte dans ce pays quelque 4500 espèces. Les cypres, les palmiers nains et les chênes bordent les bayous, où fleurissent quantité de plantes aquatiques comme les jacinthes d'eau, les nénuphars, les iris et les lis d'eau.

UNE PLANTATION

Une plantationSITUÉE au milieu d'une très grande propriété ou au bord d'une rivière, l'habitation (la plantation) est entourée d'une végétation abondante qui installe le décor : chênes avec leurs pendentifs de mousse espagnole, magnolias, peupliers et saules pleureurs.
La maison est vaste, ceinturée d'un balcon couvert soutenu par des colonnes. Les pièces de réception au rez-de-chaussée et les chambres à l'étage sont réservées à la famille du planteur. En arrière de la maison se trouvent les dépendances : cuisine, office, garçonnières réservées aux prétendants, chapelle et infirmerie ainsi que les différents ateliers.
Plus loin en arrière se situe le village des esclaves, aux maisons modestes.
 
 
 

 
 

LE SENS DES MOTS ACADIENS.



 
ASTEUR : 
De nos jours. 
BASSET. 
De petite taille. 
BEC: 
Bouche, baiser. 
BERCEUSE: 
Fauteuil à bascule. 
BLEU : 
Triste. 
BOUGUE : 
Individu. 
CALIN : 
Paresseux. 
CAMISOLE : 
Chemise de nuit. 
CANIQUE : 
Bille. 

CHABEC : 
Bateau. 
CHAOUI : 
Raton laveur. 
CHAR. 
Auto. 
CHEVRETTE . 
Crevette. 
CHIQUER : 
Manger, mâcher. 
COCODRIL: 
Alligator. 
COLLER : 
Enlacer. 
COMMIS DE LA BARRE : 
Garçon de café. 
CONSTABLE : 
Gendarme. 
 

DIABLE-SAUTERELLE : 
Criquet. 
DOCTEUR DES BÊTES : 
Vétérinaire. 
GAVAGNER : 
Gaspiller. 
GIGUER : 
Danser. 
LINGE : 
Vêtements. 
LOI : 
Justice. 
MARAIS ROND : 
Mare. 
MARINGOIN: 
Moustique. 
MOUILLIASSEUX : 
Pluvieux. 

MUSIQUE À BOUCHE : 
Harmonica. 
OUAGON: 
Charrette. 
OUAOUARON : 
Grenouille. 
PAPIER: 
Journal. 
PIQUE-BOIS . 
Pivert. 
SARCHER : 
Chercher. 
TAC-TAC: 
Maïs grillé. 
TIENDRE : 
Tenir. 
TRAIN . 
Bruit. 
 

LA CHANSON ENFANTINE.


« EN PASSANT DEVANT LE BOIS » 
 (VERSION FRANÇAISE) 

En passant devant le bois 
Les coucous y chantaient (bis) 
Et dans leur joli chant disaient 
Cou cou, cou cou !(bis) 
Et moi je croyais qu'ils disaient 
 Coupez-lui le cou (bis) 
 Et moi je m'enfuyais (bis) 

En passant d’vant le meunier 
Son beau moulin chantait (bis) 
 Et dans son joli chant disait : 
Tic tac, tic tac ! (bis). 
Et moi je croyais qu'il disait : 
Mets-le dans l'sac(bis) 
Et moi je m’enfuyais (bis). 
 

« J'AI PASSÉ AU LONG DU BOIS » 
 (VERSION ACADIENNE) 

J'ai passé au long du bois 
Où y avait des hiboux (bis) 
Ça disait dans leur langage 
Cou cou !(bis) 
Et moi je comprenais ça disait .. 
Coupe li le cou (bis) 
 Et moi je m’ai sauvé (bis) 

J'ai passé au long du bois 
Où y avait des pique-bois (bis) 
Ça disait dans leur langage 
Pic pac, pic pac ! (bis) 
Et moi je comprenais ça disait : 
Mis les dans le sac (bis) 
Et moi je m'ai sauvé (bis). 
 
 

LA MUSIQUE.

Le violonLES ENSEMBLES ACADIENS sont constitués généralement par le violon, l'accordéon, la guitare et le triangle (ti'fer). Le violon est originaire de France. Cet instrument a longtemps été le plus important et les Acadiens avaient acquis une solide réputation de joueurs de violon: les « violoneux » avaient conquis au Canada le cœur de tout le monde avec leur musique populaire composée de ballades, mazurkas, polkas.
 L'accordéon (bandonéon) se joignit au violon lorsque les immigrants allemands vinrent s’installer en Louisiane et il devint aussi très vite un instrument populaire.
La musique acadienne permet de faire vivre les traditions avec un fort relent de régionalisme français. Cependant, elle a été influencée récemment par la musique des Noirs créoles qui ont créé le zarico (zydeco), une sorte de blues en français qui rencontre un grand succès.

L'accordéonLa olanche à laver

LA DANSE.

COMPLÉMENT naturel de la musique, la danse est une distraction particulièrement populaire, illustrée par le « fais-dodo ». Voici l'origine du mot « fais-dodo », qui désigne, en Louisiane, le bal du samedi soir :
« Le soir après leur chapelet, les Acadiens (du Canada) avaient besoin de lever leur moral. Alors i(l)s avaient les beaux bals du samedi soir où leurs jeunes mariés amenaient leurs petits bébés. Et i(ls) laissaient leurs bébés dans une chambre pour faire dodo et i(ls) s'amusaient dans une autre. Ça fait on appelle les bals des « fais-dodo ». »

UNE HISTOIRE POPULAIRE CADIENNE.

« LES PREMIERS arrivés ici (à Saint-Martinville), c' étaient les soldats de Napoléon et après, les pirates de Jean Lafitte. Après ça, y a eu les colonistes et après les colonistes a arrivé les nob(les) de France. Et moi, dans ma famille, j'viens un peu d'Acadie et des nob(les) et un peu des pirates de Jean Lafitte et pis des soldats de Napoléon. Dans notre cimetière (à Saint-Martinville) vous allez voir plus d'nob(les) enterrés qu'en France. Pendant la Révolution d'France, i(ls) sont tou(s) rangés ici.
Y en a beaucoup qui a gaspillé l'argent, l'or. I(l)s ont tout gavagné ça. Là, il fallait prendre l'ouvrage comme les Acadiens. Ma grand-mère, qui était « française », voulait pas qu'on s'associe avec les Acadiens parce qu'on aurait gâté la belle langue française qu'on avait. L'Acadien parlait pas la même langue qu'elle. C' était aussi français, mais c' était plus simple que not(re) langue. Et les descendants des nob(les) voulaient pas que leurs filles marient dans les familles communes. C'est la même chose en « Urope ». appelle ca le « sang bleu ».
Ça n'existe plus à c'te heure. L'Acadien a surmonté tout ça par son ouvrage et par sa joie d'vivre et sa cuisine. On est tou(s) ensemble aujourd'hui .. Créoles, Acadiens, Espagnols, Italiens, des Allemands aussi. Ça parle français.
L' Anglais, lui aussi, va essayer d'apprendre à parler comme nous autres. Mais les Anglais, i(ls) peuvent pas prononcer. I(l)s sont la gueule pleine de coton ! »

LA LÉGENDE D'EVANGÉLINE.


Le chêne d'EvangélinePeu de temps avant le Grand Dérangement, deux jeunes Acadiens nommés Louis Arceneaux et Émmeline Labiche s'étaient fiancés solennellement. Les bans étaient publiés et l'on avait préparé le trousseau de la future mariée. Les Anglais surgissent et déportent la population sur des bateaux. Louis et Émmeline se perdent de vue.
La jeune fille échoue avec sa grand-mère au Maryland, où son visage angélique inspire le surnom qu'elle gardera désormais : Evangéline. A u bout de quelques années, les exilés parviennent en Louisiane, à Saint-Martinville.
Évangéline retrouve son fiancé, dont elle était sans nouvelles, devant le chêne aujourd'hui célèbre. Mais il doit lui avouer que, depuis tant d'années, il s'est juge affranchi de ses promesses et qu'il a pris épouse. La malheureuse, entendant cet aveu qui ruine toutes ses espérances, perd la raison et meurt bientôt. On l'enterre à Saint-Martinville.
 

COMBIEN DE FRANCOPHONES AUJOURD’HUI ?

 DANS le contexte des États-Unis où le brassage assimilateur pèse lourd face à la reconnaissance des diversités ethniques et culturelles, les francophones de Louisiane vivent difficilement leur particularité. Cependant, les enquêtes statistiques les plus récentes (1990) montrent que, pour une population acadienne de 1 990 000 personnes, 40010, soit 796 000 personnes, sont francophones et, ce qui est important et nouveau, près de 25% ont aujourd'hui moins de 19 ans (contre 10% en 1980).
Tous ces chiffres semblent montrer l'émergence d'une nouvelle génération de francophones. Des efforts considérables sont entrepris dans le domaine de l'enseignement. Dans le cadre des accords franco-louisianais, des instituteurs français ainsi que des Québécois et des Belges sont envoyés sur place pour enseigner le français aux jeunes Louisianais. Certains élèves fréquentent des écoles où ils apprennent les matières en français. Depuis 30 ans, grâce à l'action de Jimmie Domengeaux, le français tient une grande place en Louisiane, dans la radio, la télévision, la chanson et le théâtre.

ETOUFFEE D’ECREVISSES


Pour 6 personnes

Une écrevisse- 170 g de beurre – 60 g de farine – 2 gros oignons, émincés – 1 gros piment vert, haché fin – 2 branches de céleri et feuilles, hachées fin – 2 gousses d’ail, émincées – poivre blanc, sel – ¼ d’une cuillère à café de poivre de cayenne – 1 à 2 tasses d’eau – 1 kg de queues d’écrevisses décortiquées – 1 cuillère à soupe de jus de citron – oignons verts hachés – persil haché – 750 g de riz bouilli chaud

Avec le beurre et la farine, faire un roux brun moyen. Ajouter les oignons, le piment, le céleri, l’ail. Cuire en brassant fréquemment jusqu’à ce que les légumes soit tendres et dorés (environ 30 minutes). Ajouter les queues d’écrevisses, les assaisonnements, le jus de citron et mélanger. Graduellement ajouter l’eau selon la consistance désirée. Porter à ébullition, baisser le feu et mijoter jusqu’à ce que les queues soient tendres. Ajouter les oignons verts et le persil. Servir sur riz
 

Retour à la page précédente