Annonces et Informations Pratiques

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

L'offre de Conférences

Fil des billets

mardi, mars 6 2012

Conférence La Fayette Héros méconnu

 

LAFAYETTE, CE HEROS MECONNU

Conférence par Alain PERONNY

 

 

la vie mouvementée et le destin exceptionnel de Gilbert du Motier, marquis de La Fayette (1757 Chavaniac – 1834 Paris), sont méconnus des Français. Certes une frégate, une rue de Paris, ou un groupe de distribution portent son nom, mais, en comparaison,  que dire de la reconnaissance des Etats-Unis d’Amérique, où le « Héros des deux mondes » est partout, dans les cités, les comtés, les villes, les avenues et les places, jusqu'au paquebot Normandie rebaptisé Lafayette en 1942 ? 

Cette conférence se propose de sortir de l'oubli cet homme d'idéal et d'action et, en même temps, de le réhabiliter.

Ainsi, seront évoqués :

·        son enfance, où l'on pressent déjà l'homme épris de liberté qui, à dix huit ans, à l’insu du roi, et avec ses deniers, part combattre pour l'indépendance de l'Amérique ;

·        le rôle qu'il joua outre-Atlantique pour aider les « Insurgents à se libérer du joug anglais. D’une bande de va nu-pieds braillards,  il fera une armée avec laquelle il sera de toutes les batailles jusqu’à la victoire décisive de Yorktown, le 18 octobre 1781 ;

·        l'exaltante et périlleuse période de la Révolution française où il est notamment l’auteur du projet de Déclaration des Droits de l'homme et du citoyen, le promoteur de l’instruction nationale obligatoire, accepte le difficile commandement de la Garde nationale, est envoyé combattre l'Autriche, est fait prisonnier pendant 5 années ;

·        son désir de retrouver l’Amérique chère à son cœur : Il parcourt alors en 1824 - 1825, dans l'enthousiasme général, les 24 états de l'Union ;

·        Enfin, son opposition ouverte aux Bourbons de retour sous la Restauration.

 

Nous évoquerons aussi trois aspects qui donnent toute sa densité au personnage, à savoir son courage physique et mental, son combat pour les droits de l'homme, et sa femme, partenaire et amour de sa vie. Enfin, cet exposé serait incomplet si l'on omettait d'évoquer brièvement les trois rencontres improbables mais déterminantes qui émaillèrent son existence hors du commun.

Cette conférence est accompagnée de projections (illustrations, cartes, portraits, etc).

 

 

DUREE : environ une heure + questions/réponses

 

CONDITIONS :

·        Disposition sur place d’un écran et d’un vidéoprojecteur

·        Paris et petite couronne : il sera demandé aux organisateurs au profit de l’association une participation à leur convenance et selon leur possibilité avec toutefois un minimum de 150€.

 

·        Région parisienne,  Côte d’Azur et Var : en supplément, il sera demandé

 aux organisateurs d’assurer les frais de déplacement du conférencier 

(A/R en train ou en voiture particulière  -  à 0,20 € / km )  (une nuit + un repas).

·        Reste de la France et pays limitrophes :

 en plus, son hébergement (une nuit et un repas).

 

 

mercredi, octobre 5 2011

Conférence Les sources du jazz

 

LES SOURCES DU JAZZ

Conférence musicale par Alain PERONNY

 

 

Des « field-hollers » (chants de travail dans les champs), jusqu’au Swing, en passant par le Spiritual et  le Gospel, inspirés de la Bible ; le Blues, de la détresse ; le Boogie-Woogie, père du  Rock’Roll, et le Ragtime, nous évoquerons les sources historiques et géographiques, et l’évolution de ces musiques et de ces chants hérités de traditions africaines, de chants religieux, et de la ballade américaine.

 

Nous assisterons à son accouchement dans la douleur dans les « juke joints » de la Nouvelle Orléans et le delta du Mississipi.

 

Nous suivrons sa migration vers Chicago et New York, et son métissage avec la musique savante européenne et la musique latino.

 

Ses affluents sont toujours et plus que jamais vivants, variés, toujours inventifs, et prolifiques.

 

Le Jazz rassemble les hommes de tous peuples, de tous continents, de toutes conditions, et de toutes confessions.

 

L’exposé sera bien sûr illustré par des projections (illustrations, portraits,  affiches, etc), par l’écoute de pièces légendaires, mythiques, et historiques, sélectionnées dans chacun des genres évoqués (son et vidéos le cas échéant), et par l’étymologie des termes employés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DUREE : une heure quinze  (si possible deux, ou plus, selon audience) + questions/réponses

 

 

CONDITIONS :

·        Disposition sur place d’un écran,  d’un vidéoprojecteur, d’une bonne sonorisation, et des câbles et connexions nécessaires ;

·        Paris et petite couronne : il sera demandé aux organisateurs au profit de l’association une participation à leur convenance et selon leur possibilité avec toutefois un minimum de 150€.

 

·        Région parisienne,  Côte d’Azur et Var : en supplément, il sera demandé

aux organisateurs d’assurer les frais de déplacement du conférencier

 (A/R en train ou en voiture particulière  -  à 0,20 € / km ) ;  

·        Reste de la France et pays limitrophes :

 en plus, son hébergement (une nuit et un repas).

samedi, octobre 16 2010

Ces Américains qui parlent français

 

CES AMERICAINS QUI PARLENT FRANÇAIS

 

par Louise Péloquin

 

 

Plus de 13 000 000 d'Américains se reconnaissent d'ascendance française :

1 500 000 déclarent parler français chez eux, et 2 400 000 Américains vivent dans une famille où le français est la langue du foyer.

 

Contrairement à une idée répandue, ce n'est pas en Louisiane où se trouve concentrée la majorité des Américains francophones, les "Francos", mais dans le nord des Etats-Unis, dans les 6 Etats de la Nouvelle-Angleterre : Connecticut, Maine, Massachusetts, New Hampshire, Rhode Island et Vermont.

 

Louise Péloquin, Franco-Américaine, maître de conférences à l'Institut d'études Politiques de Paris, Docteur en linguistique appliquée, auteur de nombreux ouvrages sur les "Francos", déléguée aux Sommets francophones, vous présentera, avec passion, ces "autres cousins" d'Amérique dont elle fait partie. Il s'agit de ces descendants de Canadiens français immigrés au nord-est des Etats-Unis entre 1850 et 1930.

 

Durée de la conférence : environ 1 heure.

 

CONDITIONS

 

1° - Région parisienne : il sera demandé aux organisateurs au profit de l'association une participation à leur convenance et selon leur possibilité avec toutefois un minimun de : 150 E.

 

 2° - Reste de la France : en supplément, il sera demandé aux organisateurs d'assurer les frais de déplacement du conférencier (A/R) en train(2éme  classe) ou en voiture particulière et son hébergement (1 nuit + 2 repas).

 

CONTACT :

 

                      FL/FA Paris

 

                 par Tél. : 01 45 88 02 10

 

    ou  e-mail : flfa@free.fr

 

 

 

 

Les Acadiens, pionniers du Nouveau Monde

Les ACADIENS, pionniers du Nouveau Monde

 

(Conférence – projection par Gérard-Marc BRAUD)

 

Présentation :

Après les « découvertes » de Christophe COLOMB, puis les expéditions de reconnaissance de Jacques CARTIER, à partir de 1534, ce n’est qu’au début du XVIIème siècle que la France s’intéresse plus sérieusement au « Nouveau Monde ».

Les pionniers arrivent en Acadie, en 1604, pour y faire fructifier le commerce des fourrures, dont le monopole a été accordé par Henri IV à un gentilhomme saintongeais, Pierre DUGUA de MONS.

Ballottée d’un vainqueur à l’autre, selon les traités de paix, l’Acadie aura du mal à s’affirmer française. Et puis, l’histoire va accélérer son cours. En 1713, l’Acadie devient définitivement anglaise. Mais surtout, à partir de 1755, une terrible déportation va frapper le peuple acadien.

Après bien des péripéties, quelques fragments de cette nation vont se retrouver en France où leur sort demeurera précaire pendant un quart de siècle… jusqu’à l’année 1785.

C’est en effet à cette date, que la grande majorité des Acadiens exilés en France quitte le vieux continent pour une nouvelle aventure en Amérique. Ce sera la Louisiane leur nouvelle terre d’accueil.

C’est l’odyssée, souvent dramatique, de ce peuple d’origine française qui est présentée en conférence par Gérard-Marc Braud, Vice-Président de France-Louisiane Franco-Américanie, par ailleurs Président de l’association « Bretagne-Acadie-Louisiane ».

Durée de la conférence : 1 heure 15 à 1 heure 30 avec diaporama.

Il sera demandé aux organisateurs de fournir :

                     * 1 écran,

                     * 1 projecteur,

                     * 1 micro.

CONDITIONS :

 

En outre, il leur sera demandé une participation, au profit de l’association, à leur convenance et selon leur possibilité avec toutefois un minimum de : 150 €, ainsi que d’assurer les frais de déplacement du conférencier (A/R)  et son hébergement (1 nuit + 2 repas) à partir de Nantes (44).

CONTACT :

 

                      FL/FA Paris

                  

                par Tél. : 01 45 88 02 10

 

    ou  e-mail : flfa@free.fr

 

vendredi, octobre 15 2010

O GAH PAH ceux qui ont descendu le courant

O GAH PAH  « ceux qui ont descendu le courant » :

 

une histoire franco-indienne

 

Conférence par Claude-Albert MARTEL

 

Parmi les nations indiennes alliées des Français dans leur lutte contre les Anglais pour se maintenir en Amérique du Nord, et notamment en Louisiane, il en est une qui leur est resté indéfectiblement attachée. Depuis la fin du XVII ème siècle jusqu’à la cession de la Louisiane en 1803, les Arkansas ou Quapaws ont été aux côtés des Français

 

Au fil des ans se sont créés des liens entre Français et Indiens qui ont conduit à l’établissement d’une ‘société de l’entre deux mondes’ dans laquelle s’est trouvé dépassé le concept de ‘frontière’, où s’affrontent civilisation et barbarie, pour faire place plutôt à une structure sociale faite de rencontres, d’affrontements, d’échanges, et de mélanges dans laquelle des hommes si éloignés, si différents, ont pu, au-delà de leurs intérêts immédiats, se reconnaître dans leur humanité.

 

Avec la naissance des Etats-Unis d’Amérique, la nation Quapaw connaîtra une nouvelle histoire, souvent ponctuée d’épisodes tragiques. Les nécessités feront loi, et cette nation verra se réduire considérablement son espace vital en même temps que son patrimoine culturel. Resteront dans son histoire les noms de ceux qui furent témoins de ces changements inéluctables et qui souvent  s’y opposèrent. Il se trouve que nombre d’entre eux portent des noms français.

 

Ceci  nous amène à renouer les fils d’une histoire oubliée, qui fait partie de l’Histoire de l’Amérique du Nord, de celle des Etats-Unis, mais de la nôtre aussi. Ceci nous invite à tenter de cerner les contours de la nation Quapaw qui vit en Oklahoma.

En fin de compte reste cette interrogation : quelle identité possible aujourd’hui ?

 

 

Durée de la conférence: environ 1 heure 45.

Elle comporte 54 documents iconographiques.

 

 

CONDITIONS

 

 Il sera demandé aux organisateurs au profit de l'association une participation à leur convenance

 et selon leur possibilité avec toutefois un minimum de : 150€. 

 En supplément, il sera demandé aux organisateurs d'assurer les frais de déplacement du conférencier (A/R). Soit 0,30 € du Km y inclus péage et son hébergement (1 nuit+2 repas)

 à partir de Dijon (21).

 

MATERIEL

 

- Un vidéo projecteur est indispensable.

 

Contact : claude-albert.martel@wanadoo.fr

Un Bourguignon en Louisiane au temps de Louis XV

 

UN BOURGUIGNON EN LOUISIANE

AU TEMPS DE LOUIS XV

 

Conférence par Claude-Albert MARTEL

 

 

Jean-Bernard BOSSU naît le 29 Septembre 1720 à Baigneux-les-Juifs, en Côte d’Or. Son père, comme l’étaient son grand-père et son arrière-grand-père, est maître chirurgien dans cette ville, et fort estimé de ses concitoyens.

 

Jean-Bernard ne suivra pas la tradition familiale, il préfère le métier des armes. Il s’illustre au siège de Château Dauphin, en Italie, en 1744. Il y est sérieusement blessé, mais y gagne son grade de lieutenant.

Sa blessure et la fin des hostilités le poussent à demander son affectation dans la Marine, et il devient lieutenant dans les Compagnies Franches de la Marine.

 

Il part pour la Louisiane en 1751 et y reste jusqu’en 1762, ne revenant en France que très brièvement. Il devient l’ami des Arkansas, tribu alliée des Français depuis longtemps. Il apprend leur langue et il est fait Chef (surnommé Grand Nez) après avoir subi l’épreuve douloureuse du tatouage.

Les relations qu’il développe avec les Arkansas dépassent le cadre de sa seule fonction, et Bossu est bien plus qu’un agent de la colonisation.

En homme du XVIIIe siècle, curieux de tout, il confronte son expérience de la civilisation de son temps à ce qu’il observe chez les Indiens.

 

Il consigne ses découvertes, ses réflexions, sous forme de lettres, qui seront publiées à Paris et à Amsterdam en 1768-1769 sous le titre Nouveaux Voyages aux Indes Occidentales.

 

Désappointé de n’avoir pas été choisi pour le commandement d’un poste, eu égard à son ancienneté et ses états de service, il demande son retour en France.

Il rentre en 1762 et se retrouve à la Bastille, suite à une lettre de cachet du gouverneur de la Louisiane de l’époque. Réhabilité, le roi le nomme capitaine, lui donne une pension, et la Croix de Saint-Louis.

 

Bossu retourne, seul, voir ses “enfants” les Arkansas en 1770-1771. Il poursuit ses observations  et à nouveau se fait le témoin de la vie quotidienne des Indiens dans Nouveaux Voyages dans l’Amérique Septentrionale paru à Amsterdam en 1777.

 

L’idée un moment l’effleure de rester parmi les Arkansas mais il rentre en France définitivement où il se retire à Aisey-sur-Seine en Côte d’Or.

Il y vit paisiblement, en aidant au mieux ses concitoyens les plus démunis. Il décède à Montbard le 4 Mai 1792.

 

Avec lui disparaît l’un des derniers acteurs, l’un des derniers témoins de ce que certains ont appelé l’empire des Français en Amérique.

 

 

 

Durée de la conférence : environ 1h30.

Elle est accompagnée de 43 documents iconographiques.

Un ordinateur portable, un vidéoprojecteur sont nécessaires.

 

CONDITIONS :

 

Il sera demandé aux organisateurs au profit de l’association une participation à leur convenance et selon leur possibilité avec toutefois un minimum de : 150 €.

Parallèlement, il leur sera demandé d’assurer les frais de déplacement du conférencier (A/R).

Soit : 0,30 € du Km y inclus péage et son hébergement (1 nuit + 2 repas) à partir de Dijon (21).

 

Contact : claude-albert.martel@wanadoo.fr

jeudi, janvier 14 2010

Conférence "Profils Américains"

 

 

 

« PROFILS AMERICAINS »

 

L'Amérique Fédérale vue par des Français (1781-1814)

 

Conférence-Projection par C.A. Martel

(France-Louisiane Franco- Américanie Bourgogne)

 

Profils Américains.

Pourquoi « profils » ? C'est qu'il s'agit d'évoquer à grands traits quelques aspects de cette période (1781-1814) qui a vu les Etats-Unis d'Amérique se constituer, se structurer, se développer, jusqu'à devenir assez puissants pour à nouveau affronter l'Angleterre et la vaincre, pour aussi prendre leur place dans un monde jusqu'alors dominé par les royaumes de l'ancien monde. Durant cette période, nombre de Français ont émigré aux Etats-Unis, y ont vécu, et pour certains, ont écrit sur ce pays neuf et ses habitants. C'est ainsi que seront cités au cours du développement Jean de Crèvecoeur, un Normand, et le Duc de La Rochefoucauld-Liancourt, un Parisien.

 

On se proposera d'illustrer la période envisagée à partir des Lettres d'un cultivateur américain et de Voyage dans les Etats-Unis d'Amérique fait en 1795,1796 et 1797.

Jean de Crèvecoeur et le Duc de La Rochefoucauld-Liancourt ont l'un comme l'autre en effet témoigné , et chacun à sa manière, enthousiaste ou plus critique, de leur expérience vécue dans ce 'laboratoire' de la démocratie . D'autres écrits, dont ceux d'un Bourguignon, le marquis de Chastellux, seront cités par ailleurs. Mais les « profils » qui illustrent cette conférence sont aussi ceux d'un autre Bourguignon, Dijonnais de naissance, Julien Balthazar Févret de Saint-Mesmin. Les tumultes de la révolution, ses choix personnels, l'ont conduit à passer près de vingt ans aux Etats-Unis, entre 1793 et 1814. Les nécessités de la vie l'ont obligé à réaliser plus de 700 portraits de profil d'Américains, dont des présidents des Etats-Unis et d'autres personnalités du panthéon américain. Ses portraits sont aussi ceux de commerçants, financiers, entrepreneurs, planteurs, architectes, juristes, femmes de la bonne société, et émigrés français. A travers ces portraits apparaissent l'évocation d'une puissance, le déclin d'un monde, celui des Indiens, en même temps que se pose la question : qu'est-ce qu'un Américain ? Rapportée à Saint-Mesmin, tenter d'y répondre donne un éclairage différent, semble-t-il, du personnage connu plus tard.

 

A travers les textes, les œuvres de ces Français, et ce que les historiens nous disent de la période, la conférence vise à éclairer ce que l'on entend par 'héritage' français aux Etats-Unis, tant il est vrai qu'aujourd'hui encore les trois personnalités dont il est question sont reconnues et étudiées aux Etats-Unis, car elles y ont bel et bien laissé leurs traces.

 

La conférence dure 1 h 30. Elle présente 65 documents iconographiques qui nécessitent l'utilisation d'un vidéo projecteur (le conférencier utilise son ordinateur portable).

 

Conditions : Il est demandé une somme forfaitaire de 150 euros au profit de l’association.

(chèque rédigé à l'ordre de France-Louisiane Franco-Américanie Bourgogne).

 

Contact : claude-albert.martel@wanadoo.fr