L'AVENTURE DE LA MARINE EN BOIS

La maîtrise des mers

PAR JEAN MABIRE


L'Angleterre l'avait compris. La possession de colonies et la liaison avec l'Amérique supposent la maîtrise des mers, donc une puissante marine. Avec ses Normands, ses Bretons ou ses Basques, la France ne manquait pas de marins. Mais les marins ne font pas une marine.


L'escadre française sans le golfe du Mexique en 1719

La traversée de l'Atlantique pour rejoindre " les Amériques " fut longtemps une grande aventure. Les histoires de la marine, en privilégiant la Royale, c'est-à-dire la flotte de guerre, restent assez lacunaires - une fois passée la période des grandes explorations - sur les bâtiments armés pour le commerce ou la pêche. Pourtant l'épopée de Terre-Neuve est demeurée très présente dans l'imaginaire des gens de nos côtes jusqu'au début de ce siècle.
Pour se rendre outre-Atlantique, il fallait donc des bâtiments, des capitaines, des équipages.
Une fois les grandes lignes maritimes inaugurées, un mouvement continuel de navires devait amener sur les terres du Nouveau Monde des soldats, des missionnaires, des négociants et aussi des émigrants, hommes et femmes.
L'histoire océanique de la France américaine est étroitement liée à l'évolution de ce qu'on appellera un jour notre empire colonial, dont les possessions canadiennes ou acadiennes sont sans doute moins pittoresques que les multiples comptoirs antillais, avec leur arrière-plan de flibuste, de violence et de plaisirs.
L'époque des grandes explorations, qui va tant marquer le XVIr siècle européen, voit la France occuper une place singulière. Elle arrive après les Espagnols, certes, mais elle précède les Britanniques et les Hollandais. Sur la façade maritime du royaume, de Dieppe à Bayonne, on retrouve les héritiers de ces populations dont la naissance et l'activité sont étroitement liées au monde maritime : au nord, les Normands qui n'ont jamais coupé tout à fait les liens avec les Vikings ; en proue avancée du continent, les Bretons qui se souviennent d'être arrivés outre-Manche ; ensuite, au-delà de la Loire, vers le sud, les Poitevins, qui furent à la fois gens de terre et gens de mer, navigateurs et colonisateurs ; enfin les Basques qui, même dans leurs expéditions lointaines, gardent quelque chose de mystérieux toujours lié à leur énigmatique identité.
Mais il n'est pas de tradition navale sans construction navale. Une flotte, ce n'est pas seulement le désir de l'aventure, appel irrésistible vers quelque inconnu situé au-delà de l'horizon. C'est aussi et c'est d'abord un chantier naval.

La technique prime et impose sa loi. Les historiens expliquent avant tout l'épopée viking par ces longs serpents à proue et poupe identiques et dont les bordés sont assemblés " à clin ". Ce sera une révolution du même genre - en sens exactement contraire - qui va imposer, dès la fin du XV, siècle, le bordage " à carvel " .
Quant au nombre de mâts, il passe d'un seul à deux et même, plus souvent, à trois. Un " château " à l'avant, un autre à l'arrière. Entre les deux, s'étagent les ponts où l'on trouve parfois des canons. La voilure se complique. On commence à jouer habilement d'une garde-robe fournie où voiles triangulaires et voiles carrées s'harmonisent pour régler l'allure de navires auxquels on demande, autant que possible, de remonter au vent, même si cela tient encore de l'acrobatie.


Premier franchissemeny de la passe
conduisant à La Nouvelle-Orléans, en 1721


Ces navires du XVIe siècle, à l'heure des grandes navigations transocéaniques sont encore de petite taille. Armés pour la guerre, le commerce ou la pêche, ils ne dépassent guère une centaine de tonneaux. Peu à peu, ce tonnage va monter en puissance. On verra même au Havre-de-Grâce, fondé par François Ier à l'embouchure de la Seine, des vaisseaux de mille tonneaux et même davantage.
En remontant la Seine, on arrive à Rouen et on découvre, sur les berges du grand fleuve, un des plus singuliers hauts-lieux de la technique marine : le " Clos des galées " , chantier de construction à l'inlassable activité. Il s'agit de construire les bâtiments qui partiront des ports voisins de Fécamp ou de Honfleur pour tenter l'aventure au Nouveau Monde.

Quelques hectares
de bois pour construire
un navire

Les Bretons, bien entendu, ne sont pas en reste sur les Normands. Mais ils construisent et utilisent des bâtiments d'une taille généralement inférieure à ceux de leurs voisins d'outre-Couesnon. Ces navires y gagnent en maniabilité et un plus faible tirant d'eau va leur permettre de remonter profondément les fleuves américains sans crainte d'échouage. Après viendra l'emploi des canots, sur le modèle des légères embarcations indigènes.
Un chantier ce n'est pas seulement des scieries qui débitent les troncs abattus dans la région ou venus des pays du Nord, ce sont aussi des voileries, des corderies, des entrepôts, des magasins. A Rouen, le fameux Clos occupe toute une partie des berges de la Seine. En Bretagne, les chantiers se dispersent, au hasard des abers, en de petites entreprises vivantes et familiales où la tradition s'accompagne de ces multiples initiatives auxquelles se reconnaît la main du maître charpentier.

Tout cela coûte cher. D'où l'importance des armateurs qui constituent de véritables dynasties et qu'on verra, les poches pleines, s'intéresser à la course... comme au commerce du " bois d'ébène ".
Les écoles d'hydrographie, à commencer par celle de Dieppe, où enseigne le fameux abbé astronome Descellers, forment les pilotes à la navigation hauturière. La science de la navigation ne fait que s'affiner et arrive en renfort d'un sens marin que rien ne saurait remplacer. Du grand explorateur au moindre patron de pêche qui ose affronter l'océan, la qualité des maîtres des navires s'affirme.
Encore faut-il des équipages pour mener leurs bâtiments. Le recrutement obéit à certaines règles, souvent empiriques. Ainsi l'historien Philippe Bonnichon précise : " Un homme par tonneau, c'est un ordre de grandeur, variable du simple à la moitié et loin d'être une règle fixe. Mousses et novices embarquent jeunes, souvent avec des parents, pour se former, devenir mariniers et servir jusqu'à la cinquantaine. Communautés de famille et de paroisse se retrouvent à bord et, de retour, travaillent la terre après avoir bourlingué. Les salaires sont peu élevés, proportionnels à la compétence technique. "
Malgré les expéditions des Normands, des Bretons, des Poitevins ou des Basques, le royaume de France n'en reste pas moins une puissance terrienne, peu tournée vers la mer, malgré l'extraordinaire variété de ses côtes. C'est un handicap qui ne va guère cesser tout au long de son histoire.
La liaison avec l'Amérique suppose ce qu'on nommera un jour " la maîtrise des mers " . Faute d'être soutenues par une imposante flotte de guerre, bien des aventures coloniales sont vouées au dépérissement et à l'échec.
Finalement, les périodes favorables aux entreprises maritimes d'envergure sont rares. On cite la première moitié du XVIe siècle, la première moitié du règne de Louis XIV, la fin du règne de Louis XV et le règne de Louis XVI.
Faute de soutien de l'État, les entreprises lointaines sont souvent individuelles ou pour le moins privées. D'où le rôle des fameuses " compagnies " . Mais que peut le commerce seul sans le renfort de la Royale et de ses canons?
Ce royaume qui tourne le dos à la mer et a toujours considéré comme " étrangers " les peuples maritimes qu'il devait subjuguer, à commencer par les Normands et les Bretons, eut la chance de posséder quelques grands hommes d'État qui comprirent que les rivages du nord-ouest de l'Hexagone n'étaient pas des limites mais au contraire des aires d'envol d'où allaient partir caravelles et vaisseaux. Trois grands noms : Richelieu, Colbert et Choiseul.
Au lendemain des guerres de religion, une patrie réconciliée pouvait renaître outre-mer. Sur la terre d'Amérique, la Nouvelle-France devenait plus vaste et plus jeune que celle du Vieux Monde. Ainsi vit-on les étendards fleur de lysés battre au Canada et en Acadie, aux Antilles ou en Guyane.

Techniciens dieppois,
malouins et olonnais

Les grands ministres qui furent, de leur bureau continental, de véritables " seigneurs de la mer " n'hésitèrent pas à s'inspirer des expériences septentrionales en matière de construction navale. Des ingénieurs et des ouvriers furent même recrutés en Hollande et au Danemark, en Courlande ou en Suède.


Construction d'un navire pour la navigation en haute mer au XVIe siècle.


Ces remarquables techniciens, aidés par le vieux savoir-faire des Dieppois, des Malouins ou des Olonnais amenèrent le bâtiment de ligne à une quasi-perfection technique. On n'avait pas vu une telle science nautique depuis les " esnèques " scandinaves du Haut Moyen Age !

Claude Farrère, qui fut aussi bon historien de la mer qu'il fut bon romancier, a laissé une belle description de la construction d'un vaisseau aux temps les plus splendides de la marine à voile " Un vaisseau, au temps de Louis XIV, est d'ores et déjà l'un des chefs-d'œuvre de l'industrie humaine. Voyons un peu ce qu'est un vaisseau. Cela peut mesurer quelque soixante ou soixante-dix mètres de long, sur quinze ou vingt mètres de large. Cela déplace de mille à cinq mille tonneaux. La coque comporte une quille, laquelle joint l'étrave à l'étambot, c'est-à-dire la proue à la poupe, -puis des couples, c'est-à-dire de robustes côtes taillées en plein cœur de chêne, et courbées comme il faut ; ces couples prennent appui de part et d'autre sur cette façon d'épine dorsale qu'est la quille, et montent du plus profond de la bâtisse jusqu'au plus haut, jusqu'au tillac, dit aussi pont des gaillards. Une charpente horizontale, - les lisses, des préceintes, doublées d'un bordé, qu'on assemble à clins ou à franc-bord, - lie les couples entre eux. Et les ponts et les faux-ponts, régnant de tribord à bâbord, et d'arrière en avant, achèvent la solidité merveilleuse de l'ensemble. Au-dessus de la flottaison, deux ou trois entreponts s'étagent vers les gaillards, - gaillard d'avant ou château, gaillard d'arrière ou dunette. Ces entreponts vont du faux-pont, qui est juste au-dessous des gaillards. Et, plus haut, il n'y a que les mâts.
Quatre mâts. Trois verticaux, l'artimon, le grand mât, la misaine. Un quatrième oblique, le beaupré, à l'avant. Deux de ces mâts, le grand mât et le mât de misaine, servent principalement à la propulsion. Les deux autres, beaupré et artimon, principalement à l'orientation du navire, ce pourquoi chaque mât porte des vergues, et chaque vergue sa voile. Le tout fait une montagne de toile blanche, haute de soixante mètres environ, chaque basse voile étant large d'au moins vingt-cinq. Rien de plus majestueux qu'un vaisseau de l'ancienne marine sous ses voiles.
Ce qui va le plus manquer à la marine royale - qu'elle soit de guerre ou de commerce - c'est la persévérance.
Certes, au temps des grandes compagnies maritimes, les Français porteront leur flotte marchande de trois cents à mille vaisseaux. Mais les Britanniques vont en aligner quatre mille et les Hollandais seize mille !
Dans cette disproportion se trouve déjà inscrite la perte de la plupart des possessions américaines, malgré les exploits des capitaines corsaires ou des flibustiers.
Il n'est pas d'empire sans maîtrise des mers. L'infortuné Louis XVI devait le comprendre, alors que tout était déjà joué depuis le funeste traité de 1763 - dont certains ont voulu faire une date aussi significative que celle de 1789.
Claude Farrère devait parfaitement tirer la leçon de près de trois siècles d'aventure navale à la française, une histoire en tragiques dents de scie, où l'héroïsme des équipages n'a que rarement compensé l'impéritie des gouvernants.
" C'est une criminelle erreur d'avoir cru qu'on peut avoir des colonies en négligeant d'avoir une marine."

LA CONSTRUCTION
DES VAISSEAUX

La construction des grands navires des XVIIe et XVIIIe siècles demandait quelques hectares de bois noble comme le chêne et le hêtre. Les mâts nécessitaient des assemblages compliqués qui permettaient de leur donner une hauteur proportionnée à leur voilure. On utilisait des bois du Nord. II fallut à Colbert organiser toute une administration pour drainer les bois nécessaires à travers le royaume de France, les traiter, les conserver pour ensuite les utiliser à la construction de ces navires. Les arsenaux dans lesquels on construisait ces navires devinrent de véritables unités de vie bâties, autour desquelles se sont formés des sites industriels et urbains. l1 nous en reste quelques monuments, comme la Corderie de Rochefort ou les cales ce la Penfeld à Brest.
Un grand nombre de modèles de navires, dits d'arsenal, furent construits dans l'espoir de conserver les formes particulières de chacun avec l'idée de reproduire les bateaux qui montraient, à la mer, les meilleures qualités, tant pour manœuvrer que porter de l'artillerie et avoir une bonne marche et une stabilité satisfaisante. Jusqu'à fa fin du XVIII, siècle, les constructeurs agissaient selon une pratique transmise de maître à apprenti. II fallait débiter à l'herminette et à la scie des pièces de bois massives préalablement équarries, les mettre en place au moyen d'apparaux de levage constitués de chèvres et de palans, les fixer les unes aux autres par des chevilles qui, de bois, devinrent de fer ou de cuivre avec le développement de l'industrie des métaux, lier le tout par des sisses et clore par des bordages externes et internes. II fallait ensuite calfater les coutures pour empêcher l'eau de pénétrer dans la coque. A la mer celle-ci se déformait et les coutures prenaient l'eau. II fallait les étancher. C'était le travail des calfats. Pour gréer le vaisseau, de grandes chèvres, dites machines à mâter, étaient actionnées par des treuils que des hommes déclenchaient par leurs mouvements dans une sorte de cage d'écureuil. L'équipage du vaisseau montait le reste de la mâture par ses propres moyens, mâts de hune puis de perroquets, vergues, et gréaient le tout de haubans, et de manœuvres courantes permettant de diriger les voiles.
HUBERT MICHÉA
Agenda Marine, 1999.
Éditions Cœur de France.


Retour à la page d'Accueil